6 ERREURS À NE PAS FAIRE QUAND ON TESTE UNE APPLICATION MOBILE

    By
    4 Minutes Read

    Les tests d’applications mobiles peuvent être complexes, mais avec une bonne préparation en amont, vous pouvez éviter les pièges qui peuvent saper vos efforts. Lisez notre article pour découvrir comment éviter les erreurs les plus courantes en termes de test d’application mobile !

    25 % des applications mobiles ne sont utilisées qu’une seule fois avant d’être abandonnées. Les utilisateurs d’aujourd’hui ne laissent plus la place aux bugs ou aux problèmes de performances. Ils exigent une expérience utilisateur optimale et ils le peuvent d’autant plus qu’il existe actuellement des millions d’applications mobiles et de nombreuses alternatives dans chaque catégorie, leur permettant d’aller télécharger un concurrent en deux clics s’ils ne sont pas satisfaits. Il est donc primordial de développer des applications mobiles qui répondent à ces exigences. 

    Mais surtout, il est nécessaire de mettre en place des tests et ce, au plus tôt, dès le développement jusqu’à la mise en production et même au-delà. Cependant, entre les différents systèmes d’exploitation (iOS, Android), les différents opérateurs, les différents modèles de smartphones ou encore les problématiques des connexions réseau, tester une application mobile peut s’avérer complexe. Il ne faut pas se louper et voici notamment les 7 erreurs à ne surtout pas commettre en test d’application mobile. 

    >> Erreur n°1 : Tester une application mobile comme on teste un site web 

    erreur test app mobile

    Si on peut appliquer certains principes de base du test logiciel aux applications mobiles, il faut tout de même prévoir une stratégie de test spécifique. Et pour cause, il y a beaucoup de choses qui diffèrent entre une application mobile et un site ou une application web. A commencer par les utilisateurs, qui n’ont pas le même comportement. Sur mobile, ils sont en déplacement et recherchent l'immédiateté et la rapidité. De ce fait, l’UX se veut adaptée à ces besoins et ça, il faut le prendre en compte. On retrouve également des fonctionnalités spécifiques au mobile, comme l’assistant vocal, la reconnaissance digitale ou faciale, etc. 

    Il faut également prendre en compte les types d’applications (natives, web, hybrides), les modèles de téléphone, les systèmes d’exploitation, les opérateurs mobiles, le réseau, les interruptions (notifications push, SMS, appels), le stockage, etc. Il est important de prévoir tout cela en amont, dès la création des cahiers de recette, pour ne rien oublier qui pourrait impacter l’expérience utilisateur directement. 

    >> Erreur n°2 : Ne pas tester sur assez de modèles différents

    device mobile

    Comme nous le disions juste au-dessus, lorsqu’on teste une application mobile, il faut prendre en compte les différents modèles qui existent. Il est en effet très important de tester sur divers appareils mobiles pour avoir une couverture de test plus élevée. Mais au vu du très grand nombre de marques et de modèles de smartphones, cela peut vite se révéler un véritable défi et surtout, un gouffre financier. C’est pour cette raison que beaucoup d’équipes techniques renoncent à tester sur plusieurs devices, à tort. 

    Une des solutions repose sur le cloud testing. Cela permet de tester une application mobile sur diverses plateformes et appareils, via le cloud, avec différentes versions de systèmes d’exploitation, sans avoir à gérer beaucoup de matériel ou de machines virtuelles. Les coûts sont moindres et optimisés par rapport à une ferme de devices en local, qui demande beaucoup de maintenance et de renouvellement pour maintenir à jour de vrais devices physiques réels. Sans compter les incidents de sécurité physique que cela peut provoquer, avec certains mobiles qui peuvent prendre feu (oui oui, c’est une vraie anecdote) ! Qui plus est, ces solutions cloud peuvent être liées à des solutions d'automatisation pour plus d'efficacité.

    Attention, si c’est une erreur de ne pas tester sur assez de modèles différents, c’est également une erreur de ne pas prioriser. Il convient en effet de prioriser les devices en fonction des analytics/données des clients réels afin de tester les mobiles les plus représentatifs des parcours clients. 

    >> Erreur n°3 : Ne pas prendre en compte la variabilité des réseaux

    En termes de test d’application mobile, il est important de mettre en place des scénarios de tests qui prennent en compte la variabilité des réseaux mobiles. D’un endroit à l’autre, on ne capte pas de la même manière. On peut vite passer de la 4G à un réseau H+, voire même à un réseau H+. Et avec l’arrivée de la 5G, c’est un défi de plus à relever. En fonction du débit, il faut vérifier que l’application mobile réponde toujours bien. Il est possible d’utiliser pour cela des émulateurs de réseau, qui viennent simuler différents débits de connexions. 

    >> Erreur n°4 : Oublier les tests de sécurité

    test de sécurité app mobile

    Tous les jours, nous sauvegardons un nombre important de données sur nos appareils. Et c’est d’autant plus le cas sur nos smartphones, que l’on utilise à la fois pour surfer sur internet, envoyer des messages, passer des appels, regarder des vidéos, consulter ses comptes bancaires et même pour certains, payer. Qui n’a jamais paniqué en perdant ou en se faisant voler son téléphone ? 

    Mais ces informations peuvent également fuiter par d’autres biais, notamment à cause de cyber-attaques, provoquant parfois de sérieux dommages, à la fois aux utilisateurs et aux appareils en question, mais aussi à l’entreprise, qui perd alors en crédibilité et en confiance. C’est pourquoi il ne faut pas oublier de réaliser régulièrement des tests de sécurité sur mobile.

    >> Erreur n°5 : Faire des tests d’utilisabilité trop tard

    Une des grosses erreurs à ne pas commettre lorsque vous testez une application mobile est de ne pas réaliser des tests d'utilisabilité au plus tôt dans le processus. L’expérience utilisateur (UX) est très critique pour les applications mobiles. C’est le premier aperçu que les utilisateurs ont de l’application et elle se doit d’être irréprochable. Il faut donc la tester de manière approfondie en se mettant à la place de l’utilisateur et ce, dès les premiers stades du développement, afin de vérifier que tous les éléments sont bien à leur place, se comportent ou communiquent bien entre eux et se comportent conformément aux attentes des utilisateurs.

    >> Erreur n°6 : Faire l’impasse sur l’automatisation des tests d’application mobile

    test utilisabilité app mobile

    Si le test d’application mobile semble plus complexe que le test de site web ou de logiciel, il ne faut pour autant pas renoncer à l’automatisation. Bien que l’automatisation des tests sur application mobile s’avère plus difficile que sur les plateformes web, l’émergence d’outils codeless mobiles permet de la simplifier. 

    Et surtout, les tests automatisés permettent d’augmenter la portée et la couverture des tests et peuvent vous faire gagner un temps précieux. Il convient simplement de prioriser les tests à automatiser, en privilégiant les plus faciles, mais aussi les plus répétitifs, comme les tests de régression, les tests unitaires, les tests d’intégration ou encore les tests de bout en bout. Sur ce sujet, nous vous conseillons d’aller lire notre article sur les tests incontournables à automatiser sur une application mobile.


    Demander une démo

    Êtes-vous en accord avec ces erreurs ? En avez-vous d’autres à rajouter ? N’hésitez pas à partager votre expertise et votre avis en commentaires

     

    Capture d’écran 2022-07-06 à 16.18.40

     

    Picture of Mr Suricate

    Mr Suricate

    Author