FAUT-IL AVOIR UN PROFIL TECHNIQUE POUR AUTOMATISER SES TESTS FONCTIONNELS ?

    By
    3 Minutes Read

    Quand on ne vient pas de la tech, l’automatisation des tests peut avoir l’air de donner la migraine, mais en réalité, il n’y a pas besoin d’être un expert dans ce domaine pour s’y mettre.

    Sur le papier, l’automatisation des tests fait rêver. Il faut dire que les promesses qui s’en dégagent sont nombreuses. Au choix : une mise en production accélérée, une application à la qualité maîtrisée, un gain de temps considérable sur l’exécution des tests. Ajoutons à cela le fait que cela permette de détecter plus rapidement des bugs et de diminuer ainsi les coûts que ces derniers peuvent engendrer et voilà de quoi convaincre toute équipe produit de se lancer dans une démarche d’automatisation des tests.  

    Oui, mais justement, est-ce accessible à n’importe qui ? Et la réponse est oui. Car si l’automatisation des tests peut avoir l’air complexe à mettre en place, en réalité, il n’y a plus besoin d’avoir des compétences techniques spécifiques pour y arriver. Il existe aujourd’hui des solutions très simples qui permettent d’automatiser ses tests sans taper une seule ligne de code ou presque. Vous pouvez notamment dire merci à l’émergence du no-code et du low-code, qui permet, entre autres, de démocratiser complètement le développement assisté ! 

    Le no-quoi ? Le quoi-code ?

    Pour faire simple, le no-code désigne généralement une plateforme qui permet de créer son site ou son application sans écrire aucune ligne de code. Le low-code,ou codeless, quant à lui, désigne une plateforme qui permet de créer son site ou son application en n’ayant à écrire que quelques lignes de code (environ 20/30 %). Le plus souvent, cela se présente sous la forme d’une interface graphique simplifiée, avec des blocs visuels préprogrammés à assembler. Il suffit de choisir les blocs que vous voulez, de les glisser, les déposer et le tour est joué. On simplifie un peu, mais c’est pour souligner le fait que c’est vraiment facile.  

    Cette technologie n’est pas vraiment nouvelle, mais la crise sanitaire a multiplié les besoins de ces solutions, les entreprises y voyant notamment un moyen de réduire les délais de mise en production de leurs applications. Et cette révolution numérique n’est pas prête de s’arrêter. D’après une étude du cabinet Gartner, le low-code sera responsable de plus de 65 % de l’activité de développement d’applications d’ici 2024. 

    Simple, rapide et efficace, le no-code ou le codeless permet ainsi à n’importe qui à la tête de son projet de créer ses propres applications ou d’automatiser des processus, dont la création de scénarios de tests assistés, tout en réduisant le temps de développement et en diminuant ainsi les coûts techniques (compétences, équipements…). 

    Le no-code démocratise le développement assisté

    Ça a l’air bien beau tout ça, mais pour l’automatisation des tests, comment cela se présente-t-il ? 

    Prenons l’exemple de Mr Suricate : nous avons conçu une solution Saas (software as a service), disponible à 100% en ligne et qui ne nécessite ni installation ni intégration. Il s’agit d’un moteur de création de scénarios de tests combinant l’outil Google Blocky et plusieurs moteurs d’automatisation. Cela nous permet de créer des tests automatisés en assemblant tout simplement des blocs contenant différentes actions (click, vérification, remplir un champ…) dans un éditeur visuel.

    En outre, Mr Suricate a créé une infrastructure scalable / évolutive qui permet de générer un nombre maîtrisé de robots afin d’exécuter un maximum de tests en parallèle sur les environnements à tester. Cela permet notamment d’exécuter une centaine de scénarios de tests de bout en bout en seulement dix minutes. 

    Ou comment rendre la création de tests automatisés à la fois ludique, rapide et maintenable, mais surtout, accessible à des profils non-tech ! 

    Quid de l’externalisation ? 

    S’il est possible d’automatiser ses tests fonctionnels sans avoir de compétences techniques grâce à des plateformes no-code ou codeless, il vous manque cependant peut-être du temps, ou du moins préférez-vous prioriser d’autres tâches à plus forte valeur ajoutée. J’ai une bonne nouvelle. Il existe une autre solution : déléguer la création de vos tests automatisés en se tournant vers l’externalisation. 

    Comme son nom l’indique, cela consiste à confier à une équipe indépendante, physiquement séparée de sa société, la conception et l’exécution de ses scénarios de tests automatisés. 

    Nous vous invitons d’ailleurs à aller jeter un œil du côté de notre article “Pourquoi externaliser l’automatisation de ses tests fonctionnels” ainsi qu’à découvrir notre propre solution si cela vous intéresse ! 


    Demander une démo

    Qu’avez-vous pensé de cet article ? Avons-nous réussi à vous convaincre que l’automatisation des tests fonctionnels était accessible à tous ? 

     

    Capture d’écran 2022-07-06 à 16.18.40

     

    Picture of Mr Suricate

    Mr Suricate

    Author